actualité

A la mi-novembre, point sur l’infestation de la chenille processionnaire

Les nids se sont bien développés tout au long du mois d’octobre.

Un constat sur l’ensemble de notre littoral nous voyons en ce début novembre des nids de différentes tailles. Cela confirme les observations de l’année passée, il y a eu des pontes tardives. Cela semble être une caractéristique sur nos côtes.

La conséquence majeure est une fenêtre d’infestation plus large et plus importante que ce qui a pu être observé début octobre.

13 novembre 2018

Jeune nid de chenilles sur des pins maritimes en bord de mer, photo prise le 13 novembre 2018.

Sur certains pins à grand houppier comme les pins de Monterey, on peut seulement maintenant estimer l’importance de l’infestation. Du fait de la densité du houppier, les nids ne peuvent se voir que lorsqu’ils ont atteint une taille suffisante.

De même sur ces grands pins, les élagages réalisés par Enedis pour sécuriser leurs réseaux ont dévoilé des nids qui sinon, seraient restés invisibles.

Sur ces grands pins, même si vous n’en voyez pas, il est probable qu’il y ait des nids si l’infestation est présente autour.

20 octobre 2018

Nid sur pin de Monterey découvert suite à l’élagage réalisé par Enedis, photo prise le 20 octobre 2018.

Beaucoup de chenilles trouvées dans les nids échenillés ont atteint le stade L3 sur les 5 stades de développement de la chenille. Elles sont donc beaucoup moins vulnérables au traitement au bacille, n’ayant plus à sortir tous les jours du nid pour se nourrir. Par contre les descentes en novembre et décembre devraient être rares, elles doivent encore grandir.

15 novembre 2018

Nid échenillé le 15 novembre 2018, les chenilles sont déjà au stade 3.

Sur le front de la lutte contre la chenille processionnaire

Les pré-nids de chenilles processionnaires sont d’ores et déjà bien visibles. Inspectez vos pins.

DSCN2639
En haut à gauche dégâts primaires (les aiguilles de pins roussies et tordues comme des spaghettis) autour d’un pré-nid. En bas au centre un pré-nid. 25 septembre 2018
DSCN2638
Un pré-nid encore caché par les aiguilles. Difficile à repérer.  25 septembre 2018

L’année dernière des descentes de famine ont été constatées courant octobre sur notre littoral dans les endroits les plus infestés.

Le traitement au bacille Btk, réalisé en octobre et novembre 2017 sur la commune, a permis de détruire une très grande partie des nids issus des pontes de l’été précédent. Les enfouissements de chenilles ont donc été très réduits par rapport aux années précédentes.

Cependant, les nouveaux nids sont issus tant des colonies qui ont échappé au traitement (communiqué Bilan de la lutte biologique contre la chenille processionnaire du pin sur la commune de Fréhel  rédigé en novembre 2017) que de papillons issus des chrysalides enfouies les années précédentes ou de papillons venant de zones non traitées.

Nous savons que la lutte sera permanente. Il faut cependant maintenir l’infestation à un seuil bas pour limiter les risques de rencontre avec les processions, tant pour les humains que pour les animaux domestiques.